Green Islands, une île paradisiaque au milieu de salon, ça vous branche ?

Vous en avez marre de la vie urbaine ? Vous rêvez de partir vous changer les idées sur une île déserte ? Pas la peine de réserver votre billet d’avion, grâce au designer Jean-Marie Massaud, votre ïle de rêve arrive directement chez vous. Voici Green Islands, un banc design de forme ronde qui intègre un bac pour planter un arbre ou toute autre forme de végétation. Une véritable oasis de verdure qui vous dépaysera aussi bien au bureau qu’à la maison (Si vous avez la placez pour y placer votre ïle verdoyante).

Green Islands, le banc design et exotique de Jean-Marie Massaud

green-islands-jean-marie-massaud-2013

green-islands-banc-design-plantes

green-islands-jean-marie-massaud

Où acheter le banc Green Islands ?

Vous pouvez acheter le banc Green Islands sur le site Design Conseil au prix de 3.385,98 euros (Gloups, j’en ai avalé ma noix de coco !)

Editeur : Offecct

Tags: Banc banc rond Jean Marie Massaud Offecct rond

author
Author: 
Informaticien par raison, blogueur par passion. J'aime les beaux objets et les belles rencontres. La vie est trop courte pour tout découvrir, mais je vais faire mon possible pour en voir le plus possible et le partager avec vous.

A voir dans le même esprit que "Green Islands, une île paradisiaque au milieu de salon, ça vous branche ?"

Child Dreams : 10 dessins de rêve pour une chambre d’enfant
Vous souhaitez créer une décoration pour la
  • Valentin

    L’idée est bonne, mais le prix 0o

  • Alfred

    C’est justement l’idée qui coûte aussi cher – mais elle le mérite (à mon sens). Je trouve ça excellent au niveau design ! Pour la plante, qu’en est-il du trop plein d’eau par exemple ? C’est un détail mais j’aurais aimé avoir cette info.
    Le concept est excellent mais on sent qu’il est avant tout mobilier et non horticole. Pourtant le mobilier sans la plante ne rend rien. Je pense qu’un client aurait besoin d’un accompagnement pour le choix de sa plante et pour aller jusqu’au bout du concept. Ca manque. C’est le seul bémol.
    Alfred.