links: Canada Goose pas cher,canada goose doudoune,Doudoune Canada Goose,Canada Goose Doudoune,doudoune Canada Goose,Canada Goose pas cher,Canada goose pas cher,Canada Goose Femme,Uggs outlet,Canada Goose pas cher,Canada goose Femme,doudoune canada goose, iBookend, for the end of books

iBookend, for the end of books

L’iPad transformé en serre-livres par Dominic Wilcox

Si vous n’avez pas (déjà) craqué pour les caractéristiques techniques du nouveau joujou d’Apple, le designer Dominic Wilcox a peut-être trouvé un moyen de vous convaincre d’investir dans un iPad. Son idée est simple et finalement assez ingénieuse : Transformer l’ipad en serre-livres en le déposant sur un support spécialement conçu à cet effet. Baptisé iBookend, ce concept décalé ne manque pas d’humour avec son slogan iBookend, for the end of books. Ironie de l’histoire, l’iPad signe ainsi la fin du livre… Dans tous les sens du terme !

iPad serre-livres

En savoir plus sur l’iBookend, le serre-livres avec un iPad
Designer : Dominic Wilcox

Publié sur le blog déco le et mis à jour le

8 avis sur iBookend, for the end of books

  • Moi qui cherchait un serre livre super « design » et original ! ;)
    Mais il faudrait peut-être avoir L’Ipad avant, n’est-ce pas ?

  • tres reactive ,opportuniste et pas conne stratégie de com

  • J’avais posté cette petite réflexion chez votre confrère de Muuuz le 19/02/2010 :

    La bibliothèque est voie de disparition ? Ce projet semble à l’aune d‘un changement important : Le passage à l’e-biblio enfin je veux dire l’e-tagère

    D’après La nouvelle enquête sur « Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique de mai 2009 » (Eléments de synthèse 1997- 2008) :

    Depuis plusieurs décennies, chaque nouvelle génération arrive à l’âge adulte avec niveau d’engagement dans la lecture inférieur à la précédente. L’érosion des lecteurs quotidiens de presse, de même que la quantité de livres lus en dehors de toute contrainte scolaire ou professionnelle et des forts lecteurs de livres s’accompagne d’un vieillissement du lectorat (tendance de fond depuis les années 80’). Les jeunes en 2008 lisent moins que les jeunes en 1997.

    Cependant, il ne semble pas avoir de lien de cause à effet entre l’omniprésence des écrans, le développement d’Internet et le recul de la lecture de livres

    il y a aujourd’hui plus de Français à n’avoir lu aucun livre dans le cadre de leur temps libre au cours des douze derniers mois qu’il n’y en avait en 1997. Le livre ayant perdu une partie de sa légitimité, notamment chez les jeunes, il est vrai que les gens sont plus enclins à dire qu’ils ne lisent pas.

    Cette approche générationnelle ne masque pas des inégalités sociales persistantes. Les différences entre milieux sociaux ont eu tendance à se creuser au cours de la dernière décennie du fait du décrochage d’une partie des milieux populaires.

    Les vieux diront (j’veux dire les anciens) : « Ouais, mais rien ne remplacera jamais la sensualité du papier et patati, et patata… ». P’tet, mais notre ami Gary Chang dirait : « Moi, en passant à l’e-bibilo, je gagne au moins 600 cm2 au sol (soit 1,2m3) dans mon 32m2 Hongkongais ! ».

    De plus, rappelons nous qu’avant même la création d’Internet (donc Google), l’Américain Michael Hart créa en 1971 le « projet Gutenberg », dont le but était de numériser des livres….

    Amis Designers, dans l’avenir, la bibliothèque brillera par….. son absence ? Sera réservée aux incunables ? Ou elle se résumera dans peu de temps à une planche (l’e-tagère) avec une feuillure pour y glisser (et recharger) son iPad, Kindle, Sony Reader et autre e-book ?

  • Comme on zappe autant qu’on lit….

  • @Mirokatsù le portable n’a pas cannibalisé le fixe sauf dans les pays pauvres et cher les pauvres des pays riches …Pourquoi?


Poster un commentaire